mardi 4 juillet 2017

Des règlements tout simplement humains pour des échanges humains entre humains :



Pour :

Chroniques reprises, ou citées, de temps à autre, historiquement, aux liens suivants :
-         http://www.francisrichard.net/
-        ...

CHRONIQUE économique « FINANCES – vérités» 
N°182




errare humanum est, PERSEVERARE DIABOLICUM

LOI d'A.D.L. MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS
basée sur celle de POL GARGAM - Gouverneur Honoraire de la BDF 1973-86.

valant INCIPIT PERMANENT :

1) L'économie générale est l'ensemble des échanges de travail, biens et services entre personnes physiques et/ou morales,

2) L'économie financière est l'ensemble des échanges de capitaux entre personnes physiques et/ou morales, exprimés en biens ou en monnaies, lesquels peuvent, ou non, constituer les contreparties des échanges de l'économie générale,

3) L'économie monétaire est l'ensemble des flux de monnaies émises ou détruites, constituant, ou non, les contreparties des échanges généraux ou financiers, et possédant obligatoirement les qualités monétaires requises : d'identité rigoureuse, d'inaltérabilité à l'infini, de fractionnabilité et de fongibilité. La monnaie est toujours concrète sans préjuger de ses représentations abstraites, devant alors toujours être convertibles à 100%.

POSTULAT : Toute confusion entre une économie et les deux autres abolit toute validité au raisonnement exposé de n'importe qui, n'importe où et n'importe quand, y compris moi-même. NOBODY is perfect.
C'est la raison des trois parties toujours distinctes de Ma chronique "FINANCES-vérités".


Mercredi 5 JUILLET 2017
(La prochaine est prévue pour le Mercredi 2 Août 2017)
Sauf blocage financier si je ne reçois rien sur Paypal (toujours que 20 euros reçus !), ou... de mort.


Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

A l'heure où je m'efforce de formaliser cette chronique, en ce Jeudi 4 Juillet après-midi à 15h00, le Premier Ministre du Gouvernement PHILIPPE II commence son discours de politique générale qui conditionnera l'approbation ou non de l'Assemblée Nationale (AN). Celle-ci pourra, à tout moment durant les cinq ans à venir, le censurer... Il me suffit de rappeler ici que selon les dernières statistiques publiques disponibles au 30 AVRIL dernier : " le solde général d’exécution au 30 avril 2017 s’établit  (NDLR : déjà) à –57,9 Md€ ". Ce qui signifie que l'Agence France Trésor (AFT) a déjà dû trouver cette somme à emprunter pour permettre les paiements à cette date, plus ou moins le " termaillage " administratif ! Étant donné que l'horizon est, à l'heure actuelle, chargé d'un déficit annuel prévu de -3,2 % du PIB de 2.273 Mds soit environ -72,74 Mds €, selon la Cour des Comptes, il est aisé de percevoir l'augmentation de la dette publique générale de ce même montant au 1er Janvier 2018 prochain. L'avion République française maintient obstinément son attitude de vol à piquer, depuis 40 ans ! L'Indépendance de la France n'existe plus depuis CHIRAC et, depuis déjà deux ans, l'U.E. a placé la France sous redressement du M.E.S., sis à Paris dans une résidence au statut d'exterritorialité comme les ambassades ! Continuer à ne pas obéir aux ordres judiciaires européens et maintenir le cap à piquer à un taux de descente plus grand que les -3% autorisés par les Traités consolidés signifie à très court terme la mise sous tutelle complète de la France par la "Troïka (FMI, UE, BCE)" et une austérité terrible pour les Français à la manière grecque... élevée à la puissance 10 ! En conséquence, ce qu'il faut attendre du Gouvernement français, même si c'est celui d'une vulgaire République comme celle qui nous est imposée, c'est un acte de redressement véritable au-delà des simples exigences à la fois du bon sens et des Traités internationaux, c'est-à-dire un budget revenant brusquement, drastiquement, à l'équilibre dès cette année ! Le moyen, le levier, est à portée des mains gouvernementales : supprimer toutes les subventions étatiques, sub-étatiques et paraétatiques encore budgétées et non effectuées. Ce ne serait plus 8 Mds de trouvés mais 40 Mds économisés. Garantir l'interdiction absolue des détournements d'argent extorqué au public pour les mettre dans des caisses privées d'entreprises ou d'associations par une modification constitutionnelle est une nécessite absolue. Cela forcera l'économie de 84 à 136 Mds €/an et donc remettra le budget en équilibre, même avec des allégements de Prélèvements obligatoires concomitants. Là, oui, la France sortirait du piqué à mort, en rétablissant une attitude de croisière horizontale et même, légèrement à cabrer, donc à remonter. Ce qui en 5 ans nous affranchirait de la tutelle du M.E.S. d'une part, mais aussi, et surtout, ferait repartir l'activité dont tout le monde parle en ne recourant qu'à "des remèdes de bonne femme" inefficaces !

Mais la politique budgétaire, et son support la politique fiscale, présuppose en amont une politique économique protectrice avant tout de nos intérêts français, elle-même insérée dans une politique générale poursuivant en permanence les deux objectifs fondamentaux obligatoire : Souveraineté et Indépendance NATIONALE ! Au lieu de cela, rien ne laisse entrevoir un réel changement d'attitude dans le pilotage de l'avion France par les idéologues aux commandes dans le cockpit. Par contre, foisonnent les remèdes d'escrocs uniquement destinés à les sauver, eux, de la colère populaire. Ce qui m'amènera à identifier dans les trois domaines généraux, financiers et monétaires le plus mauvais de tous les remèdes, le véritable poison :


 « la monnaie dématérialisée de qui, par qui et pour qui ?!... »




1) Dans l’ACTUALITE économique générale :

« ECO1 : les échanges ! »

Le TRAVAIL est, SEUL, source de richesse. Tout ce qui l'encourage est bon. Tout ce qui le décourage est mauvais. Les échanges de travail humain contre une vraie monnaie libre réunissant toutes les qualités requises, constituent l'ALPHA à l'OMEGA de l'économie.

Le 14 Mai dernier, j'extrayais sur BREIZH-INFOS, les rappels des émeutes de CONCARNEAU et DOUARNENEZ de 1909. 400 ouvriers sertisseurs de boîtes de conserves de sardines ont vu leurs emplois menacés par l'arrivée de machines sertisseuses à leur place. 3.600 marins se solidarisent et font grève dès Juin 1897 en préambule à ce qui arrive progressivement en sus d'une pénurie de sardines françaises. En 1909, les ouvriers soudeurs brisent 28 machines nouvelles à sertir... La raréfaction du poisson au large de la Bretagne, réfugié au Portugal, renforce l'arrivée d'importations de boîtes de sardines portugaises et 744 habitants émigrent vers les usines du Nord de la France, quittant le domaine de la pêche... On voit là le double impact d'une insuffisante protection de la politique économique générale et de l'attaque du profit oligarchique contre le travail humain.

Le 1er Juin sur 20 Minutes.fr, j'apprenais le procès d'une fraude gigantesque au Marché d'Intérêt national (MIN) de la Côte d'Azur à NICE découverte en Novembre 2012. 49 prévenus dont les responsables de l'entreprise familiale liquidée depuis " Les mareyeurs du SUD-EST" se voient reprochés un monopole organisé du marché de gros des poissons et des fruits de mer. Cette "escroquerie en bande organisée" recourant à des fausses factures et à des comptabilités parallèles a favorisé la corruption des salariés de grandes surfaces comme chez CASINO. Qui a payé tout cela ? Les ménagères ! On apprend que ce genre de pratiques mafieuses seraient bien ancrées dans le SUD-EST. Bah ! Voyons... Pendant ce temps les poissons et les fruits de mer ne sont même plus achetables par nos "porte-riens" vu les prix exorbitants affichés par la mafia !

Le 2 Juillet dernier, LEFigaro.fr relayait l'information que LONDRES allait notifier, HIER Lundi 3, sa dénonciation unilatérale de la CONVENTION datant de 1964 sur la pêche côtière afin d'en recouvrer tous les droits ! En retour, les pêcheurs français ne verront plus, espérons-le, les Anglais venir pêcher en baie de Somme NOS coquilles St-jacques. Si j'ai bien compris cette décision du Royaume-Uni signée de Theresa MAY, son premier Ministre, elle vient matérialiser sa décision de cesser toutes négociations avec Bruxelles et de procéder à un BREXIT DUR ! Les réclamations européennes de 30 Milliards paraissant au Royaume totalement inconséquentes et injustifiées puisque l'U.E. veut se faire indemniser de la perte budgétaire du fait du départ de l'U-K. Autant en effet ne plus s'en aller si c'est pour continuer à alimenter le budget de l'U.E. ! Voilà encore une inconséquence économique dramatique qui va quand même privé nos pêcheurs de poissons des ressources côtières anglaises... et donc encore provoquer de la perte d'emplois humains français...

Le 1er Juin toujours, j'apprenais que les boulangeries étaient à l'agonie via Breizh-infos. 45 % du marché de la boulangerie française est capté par les chaînes parallèles de sandwicheries, paneteries, rayons de grandes surfaces qui ne font que cuire sans fabriquer ! Résultat les milliers de boulangeries traditionnelles qui font tout de A à Z meurent, désertifiant les centre-bourgs d'un de leurs tous derniers commerces... Au 1er trimestre 2017, on sait que les boulangeries représentaient UN TIERS du total des faillites du secteur agro-alimentaire ! On ne compte plus en France que 32.000 boulangeries contre 50.000 en 1950, dont 1500 à 1800 seulement encore en Bretagne. Or, pourtant, le pain n'a jamais été aussi cher depuis 70 ans ! Les grandes surfaces et les chaînes para-industrielles jouent sur le prix plus bas, tout en gagnant plus net, et tuent les emplois des artisans. Là encore, l'absence de politique économique générale JUSTE et protectrice des TPE, des artisans, de la vie des bourgs, du pouvoir d'achat des ménagères, fait le jeu mafieux des oligarques et la question de la corruption des décideurs se pose, lancinante ?

Le 30 Juin dernier, LeMonde.fr relayait l'information de la grève de 70 à 120 employés de la Société LE NICKEL en Nlle-Calédonie protestant contre " le manque de transparence dans la mise en œuvre du Plan de Performance et le recours abusif à la sous-traitance intellectuelle ". On sait ce que cela signifie : des contrats chèrement payés à des sociétés de complaisance politicienne pour des prestations rudimentaires et peu ou pas du tout efficaces afin de justifier ensuite, bah, les licenciements humains au profit des machines. Comme d'hab. ! La direction de la société affiche une perte due à la grève de -20 millions/mois, aggravant les pertes accumulées depuis 5 ans de 140 millions €. Comme d'habitude, avec cette fois 200 millions de prêt sur impôts, l'État maintient l'affaire à flots jusqu'en 2018... Eternel expédient faute d'une politique générale saine et protectrice des ressources françaises en France, pour des industries françaises en France, au lieu d'importer le primaire comme le secondaire, ou le tertiaire, voire le quaternaire.

Le 1er Juillet dernier, cette fois relayée le 2 par LeFigaro.fr, la nouvelle de la prolongation du refus russe d'importer 750.000 tonnes de pommes de l'U.E. en réponse à la prolongation de ses sanctions imbéciles et injustifiées car totalement antidémocratiques, tombait... sur nos paysans, producteurs d'excellents fruits !


Conclusion d’ECO1 : Comme on le voit les échanges économiques sont très gravement endommagés par le mépris du travail humain, le profit aux machines, et une immense corruption à tous les étages politiciens révélés au fur et à mesure par les retraits du "système" des plus lésés ou se considérant tels. De toute façon, les travailleurs sont aujourd'hui lésés par la rémunération, le traitement, l'honoraire, le défraiement en monnaie de singe dématérialisée.

Proposition : Il faut revenir à la garantie du DROIT FONDAMENTAL, dans une EUROPE DES NATIONS affranchie de toutes les contraintes supranationales inventées par l'idéologie mondialiste, dont les européistes à tout prix sont les supplétifs corrompus ou compagnons de routes sinon complices du moins profiteurs. La défense de nos intérêts nationaux ne doit souffrir aucune complaisance ! Et parmi ceux-ci le rééquilibrage au profit du travail artisanal, des TPE et à la rigueur des PME doit venir réduire, selon la Loi ROYER les emprises inadmissibles des Grandes entreprises et des grandes surfaces désertifiant l'artisanat. L'oligarchie doit cesser de tuer l'économie générale pour son seul profit ! La LIBERTE des travailleurs comme des épargnants, des retraités et de leurs rentes, nécessite leur règlement par une vraie monnaie : concrète et LIBRE. Voilà deux actes de GOUVERNEMENT que j'attends avec impatience, comme vous tous, probablement, car c'est là notre intérêt évident.




2) Dans l’ACTUALITE économique financière :

« ECO2 : les règlements par compensations ! »

LeFigaro.fr relayait le 27 Juin dernier le fait que " la société OT-MORPHE (OBERTHUR TECHNOLOGIES + MORPHO) compte mettre sur le marché l'année prochaine (2018) des cartes biométriques " adaptées au "paiement" sans contact. Ce type de transaction est limité à 20 euros. Au-delà, le code secret est réclamé par les machines. Le but poursuivi est donc d'abord d'augmenter le plafond à 30 euros afin de rentabiliser le surcoût de la carte et de sa "puce" de l'Automne 2017 à celui de 2020 au fur et à mesure des renouvellements des cartes bancaires. Les banques espèrent démultiplier les 235 millions de transactions effectuées déjà en 2015 par ce moyen, paraît-il, en France, soit 10% des transactions de proximité.  La nouvelle "puce" permettra la mémorisation de votre empreinte digitale et sa fourniture, au lieu du Code, au moment de la transaction, ce qui déplafonnera le montant jusqu'au maximum autorisé par votre banque pour vos règlements. Certaines banques parlent même de rendre obligatoire l'usage de leurs cartes à hauteur de 20% de vos revenus, carrément, comme si elles étaient investies du pouvoir régalien de battre monnaie et d'édicter le "cours légal" !

D'autres moyens sont déjà sur les rangs dans le domaine matériel réalisé par les banques. Le Smartphone qui reconnaît votre empreinte digitale, mémorise en plus large ce que mémorisent les simples "puces" des cartes. Il peut parfaitement remplir le rôle des cartes. Il reste cependant aux banques à insérer dans votre Smartphone une application ad' hoc... Des bracelets connectés, des montres, des puces sous la peau, bref tout l'arsenal technologique est sollicité pour dématérialiser le plus possible vos transactions en rapport avec vos échanges, placements, achats etc... Mais toujours, les banques sont là pour les limiter à leurs critères !

La délocalisation de transactions via des systèmes de règlements indépendants, vous laissant plus de liberté quand aux montants existent dores et déjà comme PAYPAL. La photo ci-dessous prétend dire tout sur la chose :